Compte Pro

Vie d'entrepreneur

Blog

Devenir artisan en 2024 : se lancer et créer son entreprise

5 min. de lecture
Mis à jour le 26 Décembre 2023
Indépendant freelance artisans
Accueil Devenir entrepreneur

En résumé

  • Le secteur de l’artisanat représentait en France environ 1,8 million d’entreprises et 25 % de l’économie française.

  • Pour devenir artisan, il faut notamment valider un diplôme ou justifier d’une expérience professionnelle d’au moins 3 ans.

  • Il est possible de devenir artisan auto-entrepreneur, mais d’autres statuts juridiques sont plus avantageux.

Comment travailler dans l'artisanat ?

Pourquoi travailler dans l'artisanat ?

Le secteur de l’artisanat en France regroupe des dizaines de métiers passionnants que l’on peut exercer en tant qu’indépendant.

Quel que soit le secteur, il y a une forte demande de métiers manuels et artisanaux. Devenir artisan indépendant, c’est donc proposer son savoir-faire, tout en vivant de sa passion.

Quels sont les différents secteurs de l’artisanat ?

L’artisanat regroupe plus de 200 métiers dans principalement 4 secteurs d’activité :

  • Le secteur du bâtiment (la majorité des entreprises) : menuisier, maçon, plombier, peintre en bâtiment, etc.

  • Le secteur de la fabrication : cordonnier, artisan d’art, créateur ou joaillier.

  • Le secteur de l'alimentaire : boucher, boulanger, pâtissier ou chocolatier.

  • Le secteur des services : coiffeur, fleuriste, l’aide à la personne ou encore les taxis.

🔑 La majorité du secteur est représentée par des petites entreprises artisanales (moins de 10 salariés).

Quels sont les métiers de l'artisanat qui recrutent ?

Si vous souhaitez devenir artisan indépendant, vous reconvertir ou devenir artisan salarié, sachez que le secteur de l’artisanat est très dynamique. Parmi les métiers de l’artisanat qui recrutent en 2023, on compte notamment :

  • Boulanger/pâtissier.

  • Boucher.

  • Couvreur.

  • Charpentier.

  • Peintre en bâtiment.

  • Électricien.

  • Maçon.

  • Ébéniste.

  • Cordonnier.

  • Déménageur.

  • Fleuriste.

  • Mécanicien.

D’autres métiers, comme l’artisanat d’art ou la création (bottier, céramiste, etc.), requièrent un savoir-faire particulier et recrutent pour des besoins précis.

Comment se former pour devenir artisan ?

Devenir artisan nécessite de remplir plusieurs conditions. Il faut notamment se former pour obtenir le statut d’artisan et certaines professions artisanales ne s’exercent qu’à la condition :

  • D’avoir un diplôme ou une qualification professionnelle en rapport avec votre activité.

  • Justifier d’une expérience professionnelle d’au moins 3 ans.

En plus de la formation pour devenir artisan, si vous exercez en indépendant, vous devrez vous immatriculer au répertoire des métiers (RM), procédure automatique effectuée via le guichet unique, depuis janvier 2023.

Vous devez également obtenir une carte professionnelle d’artisan (pour vous et votre conjoint collaborateur, le cas échéant).

Le statut de Maître artisan

Ce titre souligne l’engagement dans la profession et le savoir-faire de certains artisans. Qu’il soit artisan chef d’entreprise ou artisan salarié, il peut valoriser ses années d’activité et passer Maître artisan en :

  • Passant un brevet de maîtrise et en justifiant de 2 ans d’exercice de son activité. Le titre est attribué par le Président de la CMA.

  • Étant immatriculé au Répertoire des métiers depuis au moins 10 ans et en justifiant du savoir-faire (sur commission également).

Devenir maître artisan indépendant, permet de se différencier de la concurrence, c’est un gage de qualité.

Quels sont les diplômes des artisans ?

Généralement, devenir artisan nécessite de passer un Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP), mais certaines activités artisanales nécessitent de réaliser des études supérieures. Parmi les diplômes les plus communs chez les artisans, il y a :

  • Le CAP, à compléter par une Mention Complémentaire (MC) pour se spécialiser - en 1 an.

  • Le Brevet professionnel (BP).

  • Le Certificat Technique des Métiers (CTM) se prépare en apprentissage de 2 ans après le collège. Il est délivré par la CMA.

  • Le BEP et le Bac Pro se préparent en 3 ans (niveau ouvrier qualifié) souvent en alternance.

  • Le BTS se prépare en 2 ans après le Bac. Il permet d'accéder à certains métiers du bâtiment, d’être chef de chantier ou accéder à des métiers de la mode.

  • Certains diplômes spécialisés pour devenir artisan artiste, comme l'École Boulle ou l’ESAA Dupérré.

🔑 Les professions réglementées ou les activités artisanales du bâtiment (et qui touchent à la structure du bâtiment et au bâti) nécessitent obligatoirement de passer un diplôme ou de justifier d’une expérience professionnelle.

Bon à savoir

Plus de 50 % des artisans ont un CAP, un BEP ou un brevet de compagnon.

Quels sont les métiers réglementés ?

Certaines activités artisanales sont des professions réglementées, nécessitant de :

  • Passer un diplôme spécifique. C’est le cas pour les activités du bâtiment ou encore les métiers de bouche.

  • Justifier de ressources.

  • Remplir des conditions d’honorabilité (casier judiciaire vierge).

  • Souscrire à certaines assurances, comme la garantie décennale ou la RC Pro, pour les artisans du bâtiment.

Voici quelques professions artisanales réglementées :

  • Plombier.

  • Maçon.

  • Carreleur.

  • Menuisier.

  • Peintre en bâtiment.

  • Électricien.

  • Boucher.

  • Pâtissier.

  • Coiffeur.

Comment devenir artisan en auto-entrepreneur ?

Pour devenir artisan en micro-entreprise, rendez-vous sur le site du guichet unique. Depuis janvier 2023, c’est là que vous réalisez toutes vos démarches en lien avec la création ou la modification de votre entreprise. Il remplace votre centre de formalités des entreprises (CFE).

  • Remplissez votre déclaration d’activité (autrefois formulaire P0 CMP).

  • Joignez vos pièces justificatives (selon votre activité) : pièce d’identité, domiciliation, non-condamnation, etc.

  • Remplissez le formulaire justification de qualification professionnelle artisanale (JQPA) - pour les activités réglementées.

  • Joignez votre diplôme ou le justificatif d’expérience professionnelle.

En quelques jours, votre micro-entreprise artisanale est immatriculée au répertoire national des entreprises (RNE) et au Répertoire des Métiers (RM).

🔑 Vous pouvez demander à suivre le stage de formation à l’installation (SPI) pour vous familiariser à la gestion d’entreprise. Le SPI était obligatoire pour les artisans, il est aujourd’hui facultatif.

Bon à savoir

Suivre le SPI peut être utile pour les artisans qui souhaitent en savoir plus sur leur régime d’imposition, les prélèvements sociaux, les assurances ou encore la gestion commerciale. Il coûte entre 200 € et 300 €, pour une durée de 5 jours.

Devenir artisan en auto-entrepreneur, le bon statut ?

Devenir artisan en micro-entreprise possède quelques avantages, par exemple :

  • Devenir artisan rapidement et à moindre coût.

  • Avoir des taux de cotisations réduits : 21, 20 % pour les prestations artisanales et 12, 30 % pour l’achat-revente de marchandises.

  • Bénéficier de la franchise en base de TVA pour les chiffres d’affaires inférieurs à 38 700 € pour la prestation de services (seuil de tolérance de 39 100 €) et 96 700 € pour la vente de marchandises (seuil de tolérance de 101 000 €).

  • Exercer en plus d’une activité salariée.

⚠️ Mais attention, le régime de la micro-entreprise implique aussi quelques inconvénients majeurs pour l’artisan :

  • Des plafonds de chiffre d’affaires plutôt bas : 77 700 € pour les prestations de services et 188 700 € pour les activités commerciales.

  • Impossible de déduire vos frais professionnels. C’est un problème pour des artisans aux frais importants (frais de transport, consommables, loyer, etc.).

  • Les charges et impôts calculés sur le chiffre d’affaires et non le bénéfice. Il convient donc de répercuter le prix des charges non-déductibles, au client.

Ainsi, devenir artisan en micro-entrepreneur peut être intéressant pour se lancer et vous créer une clientèle, ou pour exercer en parallèle d’une activité salariée.

Bon à savoir

L’artisan sort du régime de la micro-entreprise s’il dépasse les plafonds de CA pendant 2 années de suite.

Par exemple, s’il réalise 120 000 € de prestation de services sur l’année N, il conserve la micro-entreprise en N+1.

Comment créer son entreprise artisanale ?

Choisir un statut adapté à son activité d'artisan

Vous ne souhaitez pas devenir artisan micro-entrepreneur ? Vous faites évoluer votre activité ? 2 choix s’offrent à vous :

L’entreprise individuelle 

Devenir artisan en entreprise individuelle permet d’exercer sous votre nom propre, dans la continuité d’une micro-entreprise, mais sans plafonds de chiffre d’affaires.

Depuis l’unification du statut de l’EI, ce statut juridique est plus protecteur, notamment pour votre patrimoine.

Il est également possible d’opter pour l'impôt sur les sociétés (IS), si vous souhaitez sortir de l'impôt sur le revenu (IR) pour mieux investir dans votre activité.

Mais attention, l’artisan en EI est lourdement taxé (environ 44 % du revenu imposable, calculé sur le bénéfice réel).

Sans oublier qu'il est impossible de s’associer.

La société

Créer une société est l’option la plus répandue parmi les artisans indépendants. La société est plus sécurisante pour le dirigeant et lui permet de s’associer. Bien qu’elle implique des démarches de création et de gestion plus lourdes, créer une société, c’est aussi :

  • Limiter sa responsabilité (aux apports, notamment en EURL/SARL).

  • Choisir son mode d’imposition (IR ou IS).

  • Avoir le statut d’assimilé salarié en SASU ou pour le gérant minoritaire/égalitaire d’une SARL. Il bénéficie de presque tous les mêmes avantages sociaux qu’un salarié.

  • Possibilité de se rémunérer en dividendes et/ou en salaire.

  • Une liberté contractuelle en SAS/SASU et plus encadrée en SARL/EURL.

Notez qu’en 2018, près de 40 % des sociétés artisanales sont des SARL. Au-delà d’être plus crédible qu’une entreprise individuelle, la SARL permet le statut de conjoint collaborateur, donc, de faire bénéficier le conjoint de l’artisan chef d’entreprise, d’une protection sociale.

Bon à savoir

Il est fortement recommandé d'ouvrir un compte pro pour artisan, quels que soient votre statut juridique et votre chiffre d'affaires.

Reprendre une entreprise artisanale

Créer une entreprise artisanale demande de se constituer une clientèle, se faire connaître, fidéliser… Mais aussi faire ses preuves, avant de solliciter les banques pour emprunter. Ainsi, devenir artisan en reprenant une entreprise peut être une piste intéressante :

  • L’artisan investit plus d’argent au départ (environ 200 000 €) puisqu’il rachète ou reprend une société, mais il bénéficie des outils de production, du local, du personnel et d’une clientèle installée.

  • Il gagne du temps en reprenant une activité qui tourne bien et profite d’une réputation déjà faite.

  • Il peut bénéficier d’aides pour reprendre une entreprise artisanale (ACRE, cautionnement mutuel, etc.).

Bon à savoir

Pour consulter les offres de reprise d’entreprises artisanales, rendez-vous sur le site de la bourse nationale d’opportunités artisanales (BNOA). Rapprochez-vous également de votre CMA.

Questions fréquentes

Article mis en ligne le 26 Décembre 2023