Services

Vie d'entrepreneur

Dans ma région

Quels sont les avantages et inconvénients du salarié porté ?

Mis à jour le 19 Septembre 2022
Avantages portage salariale
Accueil Devenir entrepreneur Entrepreneur et salarié : possible ? Qu'est-ce que le portage salarial ?

Au croisement de l’entrepreneuriat et du salariat, le portage salarial est une forme assez atypique de travail qui tente d’offrir le meilleur de ces deux univers en évitant leurs contraintes. Ses nombreux avantages par rapport au statut du freelance l’ont rendu très populaire ces dernières années, mais il n’est pas sans présenter quelques inconvénients. Pour vous aider à faire votre choix, voici tous les avantages et les inconvénients du salarié porté.

Les avantages du portage salarial

En intégrant une entreprise de portage salarial, le porté en devient le salarié et par conséquent, il peut bénéficier des avantages de ce statut tout en gardant sa pleine autonomie dans le pilotage de son activité.

Bénéficier des avantages du salariat

Tout d'abord, l’entrepreneur salarié est lié à la société par un contrat de travail soumis au Code du travail, lui conférant ainsi les droits et obligations de tout salarié. En plus de la perception régulière d'un salaire dès le début de son activité, grâce au portage salarial, il va continuer à bénéficier notamment des avantages sociaux suivants :

  • un système de retraite des salariés,

  • une couverture par l'assurance-maladie,

  • une mutuelle,

  • des avantages du comité d'entreprise,

  • des droits au chômage/Allocations d’Aide au retour à l’Emploi,

  • des droits à la formation/DIF

  • dans certaines sociétés un plan d’épargne salariale (PEE).

De plus, le salarié porté peut bénéficier des outils marketing de la société de portage et se faire rembourser les frais relatifs à ses missions.

Il n'a pas à se soucier de la gestion comptable, des impératifs administratifs et la société de portage lui permet un recouvrement rapide des impayés.

Profiter de l'autonomie de l'entrepreneur

De plus en plus de cadres et experts cherchent à exercer leurs compétences dans un cadre plus souple, moins contraignant.

Le portage salarial est conçu pour offrir aux portés toute l'autonomie et la liberté de l'entrepreneur.

Le salarié porté décide de toute l'organisation de son activité :

  • de sa démarche commerciale,

  • de la clientèle qu'il veut cibler,

  • des tarifs qu'il veut proposer et de leur adaptation à la mission,

  • de la fréquence et de l'intensité de ses missions.

Cette autonomie est une réponse à tous ceux qui souhaitent moduler leur emploi du temps pour concilier leur activité professionnelle avec leur vie professionnelle.

Cette organisation autonome est également l'occasion pour les consultants de tester leur capacité à créer leur activité et à amorcer une démarche entrepreneuriale.

Les inconvénients du portage salarial

Mais le portage salarial présente également certains inconvénients dont les principaux sont :

Le coût pour le salarié porté

Les obligations de l’entreprise de portage représentent un coût pour le porté qui peut se décomposer en trois éléments principaux :

  • les commissions prélevées par l’entreprise de portage,

  • les cotisations patronales versées par les sociétés de portages,

  • les cotisations salariales précomptées au « porté » et versé par la société de portage.

La société de portage se rémunère avec des commissions qui représentent 7 à 11% des honoraires versés par le client.

Viennent ensuite des cotisations sociales qui représentent environ 75 % du montant des honoraires nets de la commission de portage.

Prenons un exemple, sur 10 000 € d’honoraires facturés, on aura :

  • Le montant facturé hors taxes : + 10 000 €

  • La commission de la société de portage salarial : -1 000 €

  • Les cotisations patronales : – 2 800 €

  • Les cotisations salariales : – 1 450 €

Ce qui revient à un salaire net de 4 250 € qui seront eux-mêmes soumis à l’impôt sur le revenu.

Les formalités du portage salarial

Le portage salarial exige des formalités assez lourdes par la rédaction et la signature de 3 contrats :

  • Un contrat de prestation de services signé entre l’entrepreneur, la société de portage et le client. Il s’agit d’un contrat classique qui doit mentionner la nature de la prestation à effectuer, les dates de début et de fin de la mission, ainsi que les modalités de paiement.

  • Un contrat de travail entre le salarié porté et la société de portage. Il est établi en même temps que le précédent contrat. Il s’agit généralement d’un contrat à durée déterminée couvrant la période de la mission, mais certaines structures préfèrent utiliser un contrat à durée déterminée ou un contrat à temps partiel annualisé.

  • Une convention d’adhésion peut également être signée entre l’entrepreneur et l’entreprise de portage afin de prévoir les modalités de refacturation des honoraires ainsi que les prestations annexes généralement proposées par les sociétés de portage.

Le montant minimum de la prestation.

Le montant de facturation des missions doit être suffisant. En effet, la réglementation du portage salarial impose une rémunération minimale, ce qui implique que vous devez facturer au moins 35€ de l’heure ou 250€ par jour pour pouvoir utiliser ce dispositif, excluant de facto les activités à faible revenu.

Le portage salarial n’est pas adapté à toutes les activités

Certaines activités sont expressément exclues du portage salarial comme :

  • certains métiers de service à la personne : garde d’enfants, assistance aux personnes âgées ou handicapées, tâches ménagère ou familiales définies à l’article L7231-1 du Code du travail en. Il en va de même pour

  • les activités de négoce : achat et vente de marchandises

  • la plupart des métiers réglementés : avocat, notaire, expert-comptable...

Article mis en ligne le 19 Septembre 2022