Services

Vie d'entrepreneur

Dans ma région

Charges en SARL : liste et calcul

Mis à jour le 19 Septembre 2022
Charges en SARL
Accueil Créer mon entreprise Tout savoir sur la SARL

La société à responsabilité limitée ou SARL est un statut juridique apprécié des entrepreneurs. Cette forme de société soumet l’entreprise à divers types de charges sociales, fiscales et charges d’exploitation. Petit tour d'horizon de toutes les charges d’une SARL pour savoir calculer les charges de la SARL et surtout les optimiser.

Quelles sont les charges d'une SARL ?

  • Les charges d’exploitation

L’activité de l’entreprise génère des charges d’exploitation. Dans une société avec un statut de SARL, ces charges sont déductibles des produits réalisés pour atteindre un bénéfice ou un déficit au sein du compte de résultat.

Par exemple, sont des charges d’exploitation de la SARL :

  • les achats de produits ou de matières premières,

  • les loyers des locaux professionnels,

  • les dépenses de déplacement,

  • les rémunérations des salariés et les cotisations sociales afférentes,

  • les frais payés aux divers prestataires comme la banque, l’expert-comptable, l’avocat, etc.

Le calcul des charges d’exploitation de la SARL se fait au fil des dépenses. Plusieurs indicateurs comptables permettent de déterminer si l’entreprise est performante ou non : la marge, le taux de marge ou le taux de marque font partie des moyens à disposition pour se comparer avec les entreprises du même secteur et optimiser ses dépenses.

  • Les charges fiscales d’une SARL

Comme toute entreprise, la SARL paie des impôts sur ses bénéfices. Le principe est la soumission de la SARL à l’impôt sur les sociétés (IS).

Pour l’IS, le taux est désormais de 25 % pour tout bénéfice au-delà de 38 120 euros. En dessous de ce seuil, la SARL peut bénéficier d'un taux réduit d’IS de 15 % si elle remplit les conditions suivantes :

  • un chiffre d’affaires inférieur à 10 millions d’euros,

  • un capital social entièrement libéré,

  • une détention du capital social à 75 % par des personnes physiques.

Toutefois, la SARL peut se soumettre sur option à l’impôt sur le revenu (IR). En réalité, ce sont alors les associés de la SARL qui paient chacun l’IR au prorata de la détention de leurs parts sociales. L’accord unanime des associés est donc nécessaire. Ce dispositif est possible pendant les 5 premières années de création et est soumis à des conditions.

En complément, la SARL paie la TVA, la CFE, etc. Bref, tous les impôts et taxes d’une société française 😁.

  • Les charges sociales d’une SARL

Les cotisations sociales de SARL portent sur les rémunérations des salariés. Elles ne présentent pas de particularité en SARL : les cotisations sociales versées couvrent la maladie et la maternité, la vieillesse, l’invalidité et le décès, les allocations familiales.

En revanche, la rémunération facultative du gérant mérite attention. Les charges dépendent du statut du gérant dans la SARL : majoritaire ou minoritaire. C’est ce que nous verrons ci-dessous.

Quelles sont les charges payées par un gérant de SARL ?

Le gérant de SARL s’interroge à bon droit sur le montant de ses charges.

Le gérant minoritaire ou égalitaire de SARL est assimilé salarié. Il bénéficie d’une couverture sociale similaire à celle d’un salarié, à l’exception des allocations chômage.

Le gérant majoritaire de SARL est affilié au régime de la Sécurité sociale des indépendants (SSI). Les charges sociales sont dues même en l’absence de rémunération effective. Pendant les 2 premières années, un forfait de début d’activité est prélevé et sera régularisé quand un premier résultat est connu.

Les dividendes versés par une SARL soumise à l’IS sont assujettis à des charges sociales pour la partie supérieure à 10 % du capital social, des primes d’émission et des comptes courants. Les frais professionnels du gérant majoritaire de SARL sont déductibles au réel. Enfin, les charges sociales sont déductibles des revenus professionnels imposés à l’IR auprès du gérant.

Comment payer moins de charges en SARL ?

L’optimisation des charges en SARL est un point important pour générer de bons résultats. Votre expert-comptable est là pour vous aider à calculer vos charges au plus juste. Il détermine quelles sont les charges déductibles du résultat pour minimiser l’IS.

Par exemple, des avantages financiers pour vos salariés peuvent ne pas être imposés :

  • octroi de titres-restaurant dans la limite de déductibilité de l’Urssaf ;

  • mise en place d’un intéressement ou d’un plan d’épargne salariale comme le PER (plan d’épargne retraite),

  • octroi de primes défiscalisées comme la prime PEPA (prime exceptionnelle de pouvoir d’achat).

Pour le gérant, l’optimisation des charges passe par celle de sa rémunération. La rémunération du gérant de SARL est déductible du résultat de l’entreprise si elle n’est pas excessive. Ce caractère excessif s’apprécie notamment en fonction des compétences et de la qualification professionnelle du gérant, des résultats de la SARL, de la rémunération des autres employés.

La rémunération du gérant est votée en assemblée générale. Des cotisations sociales sont alors dues. Il est astucieux d’arbitrer entre salaire et versement de dividendes pour optimiser la rémunération du gérant et les charges payées par la SARL. Un abattement est prévu pour les gérants minoritaires et égalitaires. Il est aussi possible de créer un PEA et d’y inclure les parts sociales de la SARL.

Si l’optimisation des charges n’est pas la préoccupation majeure du dirigeant lors de la création de SARL, elle peut rapidement devenir un élément clé d’une bonne gestion dans une entreprise en croissance. Et de nombreuses pistes existent pour optimiser le résultat de la SARL.

Article mis en ligne le 19 Septembre 2022