Compte Pro

Vie d'entrepreneur

Blog

Comment faire pour devenir charpentier ?

4 min. de lecture
Mis à jour le 22 Février 2024
charpentier
Accueil Idées business

En résumé

Pour devenir charpentier, vous devez :

  • être titulaire d'un diplôme ou disposer de trois années d'expérience en charpenterie ;

  • étudier le potentiel de votre projet avec une étude de marché et un business plan ;

  • choisir de vous lancer en indépendant ou en société ;

  • vous faire connaître et trouver des chantiers de charpenterie.

Qui peut devenir charpentier ?

Pour exercer leur talent, les charpentiers doivent maîtriser les volumes, les matériaux, la projection dans l’espace, la géométrie, le dessin industriel et la conception et fabrication assistée par ordinateur.

Il vaut mieux être titulaire d'un des diplômes suivants :

CAP ou équivalent

  • TP Constructeur bois

  • CAP Charpentier bois

  • CAP Charpentier de marine

Après le CAP

  • BP Charpentier bois

  • BP Charpentier de marine

Bac ou équivalent

  • Bac pro TCB — Technicien constructeur bois

  • Bac pro Intervention sur le patrimoine bâti option charpente

  • Bac pro Technicien de fabrication bois et matériaux associés

Bac + 2

  • BTS Développement et réalisation bois

  • BTS Systèmes constructifs bois et habitat

  • BM Menuisier de bâtiment et d'agencement

Bac + 3

  • Licence pro mention métiers du bois

Vous ne possédez aucun diplôme ? Alors, vous devez justifier d'une expérience professionnelle de trois ans dans l'Union européenne. Dans ce cas, vous pourrez demander une attestation de reconnaissance de qualification professionnelle afin de pouvoir exercer.

Se reconvertir pour devenir charpentier

Les compétences du charpentier sont recherchées. Le Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) prévoit un titre professionnel pour vous permettre de construire votre projet de reconversion professionnelle dans le domaine de la charpente.

Cette formation se compose de quatre blocs de compétences :

  1. Façonner des pièces de charpente bois de manière traditionnelle

  2. Fabriquer en atelier des sous-ensembles structuraux bois de façon semi-industrielle ou par lots

  3. Préparer, distribuer et implanter les moyens et ouvrages pour un chantier de construction bois

  4. Monter une structure bois

Sinon, il est également possible de préparer le CAP Charpentier bois ou le CAP Constructeur bois, complétés par un Brevet professionnel (BP) Charpentier bois. Le BP permet d'améliorer vos compétences et d'attester de votre haut niveau de qualification en charpenterie.

Bon à savoir

💡 Salarié ou en recherche d'emploi, ces certifications sont accessibles en VAE et peuvent être financées par le CPF ou par contrat de professionnalisation.

Étape 1 : Définir son projet de charpentier

Avec l'essor du développement durable, les ouvrages en bois gagnent en popularité. La demande de charpentiers est croissante, et ce métier offre de belles perspectives. 🙏

L'étude de marché pour valider votre idée

Une étude de marché vous aidera à anticiper les besoins du marché dans votre zone géographique. Elle se décompose en quatre étapes principales :

  1. Analyse de l'offre existante et de la concurrence directe et indirecte

  2. Étude de la demande et des besoins des clients

  3. Définition du marché cible (localisation et typologie d’acheteurs)

  4. Compréhension de l'environnement (réglementation du charpentier, tendances du marché, etc.)

Le business plan de votre projet de devenir charpentier

Un business plan convaincant permettra de maximiser vos chances d'obtenir des financements. Il se compose de cinq parties :

  1. Présentation du projet

  2. Étude de marché

  3. Modèle économique

  4. Forme juridique

  5. Prévisions financières (compte de résultat prévisionnel, besoins de trésorerie, plan de financement, besoin en fonds de roulement, etc.)

Étape 2 : Création d'entreprise ou salariat ?

Le statut juridique pour lancer son entreprise

⚖️ Vous devez maintenant choisir une structure juridique pour votre entreprise de charpenterie.

👉 En indépendant, vous avez le choix entre :

Avantages 👍

Inconvénients 👎

Micro-entreprise

  • Démarches administratives simplifiées
  • Comptabilité allégée
  • Pas de TVA sous un certain seuil de chiffre d’affaires
  • Calcul des cotisations facilité
  • Permet de tester un projet
  • Possibilité de cumuler une activité salariée et une micro-entreprise
  • Prise de risque limitée
  • Aides (Acre, Arce, cumul avec le chômage)
  • Plafond du chiffre d'affaires
  • Pas de récupération de la TVA sous un certain seuil
  • Statut peu protecteur
  • Crédibilité réduite par rapport à une société

Entreprise individuelle

  • Aucune limite de CA
  • Impôts sur les bénéfices nets et non sur le chiffre d’affaires
  • Obligations comptables simplifiées
  • Possibilité d’opter pour l’imposition sur les sociétés (IS)
  • Patrimoine personnel protégé
  • Statut moins protecteur qu’une société
  • Impossible de s’associer
  • Moins crédible, car pas de capital social ni de personne morale
  • Statut de travailleur non salarié (TNS) moins avantageux que le statut d’assimilé salarié (possible en société)

Bon à savoir

💡 En micro-entreprise, la limite du chiffre d'affaires (CA) et de 77 700 € HT pour les charpentiers artisans du bâtiment. Si vous comptez revendre des matériaux, le plafond de CA est de 176 200 €.

👉 En société, vous pouvez exercer sous la forme de :

Avantages 👍

Inconvénients 👎

SARL/EURL

  • Responsabilité limitée aux apports
  • Création simplifiée
  • Capital social facile à constituer
  • Cadre juridique sécurisant
  • Fiscalité
  • Protection du patrimoine personnel
  • Pas de capital minimum (1 € symbolique)
  • Rédaction formalisée et coûteuse des statuts
  • Obligation de tenir une vraie comptabilité
  • Cadre juridique strict
  • Couverture sociale du gérant

SAS/SASU

  • Liberté dans la création des statuts
  • Responsabilité limitée aux apports
  • Président assimilé salarié
  • Souplesse dans la gestion et répartition des bénéfices
  • Pas de capital minimum (1 € symbolique)
  • Création de statuts complexe
  • Charges sociales élevées
  • Régime social contraignant

Choisir d'être charpentier salarié

L'activité charpente vous intéresse, mais vous n'êtes pas sûr de savoir réussir en entreprise ? Nous vous conseillons de commencer par être salarié ou apprenti. Vous pourrez ainsi tirer parti de votre expérience et de votre réseau pour évoluer en tant que charpentier indépendant.

De plus, cette expérience facilitera la négociation de votre prime d'assurance et l'obtention de financements professionnels pour lancer votre propre entreprise.

Étape 3 : Les démarches administratives pour exercer comme charpentier

👉 Si vous optez pour la micro-entreprise, vous devez :

  1. Vérifier que vous êtes bien éligible au statut.

  2. Déclarer la micro-entreprise via le Guichet Unique et immatriculer l'activité.

  3. Ouvrir un compte professionnel en ligne chez Propulse by CA.

👉 Pour une société, les démarches de création d'entreprise sont les suivantes :

  1. Rédiger les statuts juridiques vous-même en ligne ou avec un avocat.

  2. Ouvrir un compte professionnel en ligne chez Propulse by CA et déposer le capital social de votre société.

  3. Publier un avis de constitution au journal d'annonces légales (JAL).

  4. Constituer le dossier d'immatriculation via le Guichet Unique.

Bon à savoir

Pour la charpenterie, le code APE est le 4391A — Travaux de charpente.

Étape 4 : Le budget pour lancer son activité de charpentier

Les dépenses initiales englobent l'achat d'outils, de matériaux et l'obtention des licences. Certains frais récurrents sont également à prévoir :

  • les assurances ;

  • les frais d'établissement de votre société ;

  • les charges liées à la location et à l'entretien d'un atelier ;

  • six mois de trésorerie pour combler le besoin en fonds de roulement.

💸 La somme nécessaire pour la création d'une entreprise de charpente se situe entre 10 000 et 45 000 €.

Pour financer votre lancement d'activité, plusieurs solutions se présentent :

  • Le prêt d'honneur

  • Le prêt bancaire classique

  • Le crédit-bail professionnel

  • Les clubs d'entrepreneurs

Étape 5 : Les assurances obligatoires

Une assurance responsabilité civile professionnelle est obligatoire pour couvrir tout incident. Ce contrat vous protègera en cas de litige ou de dommages causés à des tiers dans le cadre de votre activité.

📌 Dans le cadre de constructions, vous êtes tenu de souscrire à une assurance décennale, couvrant les risques causés par vos chantiers jusqu’à 10 ans après leur livraison.

Étape 6 : Matériel nécessaire pour lancer votre activité de charpentier

Pour vous lancer, vous devrez investir dans :

  • des outils : scies, rabots, ciseaux à bois, maillets, ponceuses, etc. ;

  • du matériel de sécurité : casque de protection, lunettes de sécurité, gants de travail, chaussures de sécurité, vêtements de protection ;

  • l'équipement de levage et de transport : échelles et échafaudages, chariots de transport ;

  • le stock initial : bois de construction, chevrons, madriers, liteaux, etc. ;

  • un véhicule : camionnette, remorque ;

  • un logiciel de conception assistée par ordinateur (CAO) : pour la modélisation et la planification de projet.

Comment trouver des chantiers de charpenterie ?

Cette profession ne se limite pas à la conception et au levage de charpente. Pour trouver vos clients, mettez en avant le travail artisanal du bois en montrant votre savoir-faire et vos créations dans leur intégralité : lambris, planchers, escaliers, lucarnes, etc.

Créez un site web en affichant clairement vos services et vos tarifs, ainsi que vos différents moyens de contact (téléphone, mail). Vous pouvez également :

  • récupérer la liste des permis de construire récemment accordés (auprès de la mairie) et contacter les maîtres d'œuvre ;

  • distribuer des prospectus dans votre ville ;

  • mobiliser votre réseau personnel et professionnel ;

  • faites des partenariats avec d'autres professionnels du bâtiment (architectes, etc.) ;

  • vous inscrire sur une plateforme de devis en ligne ;

  • participer aux salons de l'artisanat de votre zone.

Pour vous démarquer de vos concurrents et attirer les clients, pensez aux certifications complémentaires :

  • La certification RGE (Reconnu Garant de l'Environnement) : atteste que les charpentes répondent à des critères d'éco-responsabilités. Cette certification permet à vos clients de bénéficier d'aides financières pour faire des travaux de rénovation énergétique.

  • La certification Qualibat : elle garantit le savoir-faire, la compétence et la qualité de votre travail. Cette certification renforce la confiance de votre clientèle et démontre votre engagement envers des standards élevés dans le secteur de la charpenterie.

Article mis en ligne le 22 Février 2024