Compte Pro

Vie d'entrepreneur

Blog

Comprendre le financement par emprunt obligataire

5 min. de lecture
Mis à jour le 17 Juin 2024
emprunt obligataire
Accueil Créer mon entreprise Trouver des financements

En résumé

  • L’emprunt obligataire est un mode de financement des entreprises, par émission de titres de créance.

  • Il existe de nombreuses modalités comme les obligations à taux fixe ou à taux variable, les obligations convertibles en actions de la société.

  • Le calcul de l’émission d’obligations est complexe et nécessite de recourir à des conseillers financiers spécialisés.

  • C’est un mode de financement intéressant pour l’entreprise (sans dilution de capital et avec souplesse) et pour les investisseurs.

Qu’est-ce qu’un emprunt obligataire ?

L’emprunt obligataire est un moyen de financement des entreprises, par l’émission d’un titre de créance.

Concrètement, l’entreprise émet des obligations sur un marché financier. Les investisseurs achètent ces obligations pour prêter l’argent à l’entreprise. En contrepartie, ils reçoivent des intérêts et le remboursement du capital à l’échéance prévue.

Aux côtés des emprunts obligataires de l’État (OAT - obligations assimilables du trésor) ou des organismes publics, on trouve ceux des entreprises privées. Toute entreprise peut procéder à une émission d’obligation : PME, ETI ou grands groupes.

Plus le risque de défaillance de l’entreprise est jugé faible, plus le taux d’intérêt sera bas.

Bon à savoir

En anglais, on parle de debenture loan ou de bonds aux États-Unis.

L’emprunt obligataire permet de financer une entreprise en dehors du circuit bancaire classique.

Les modalités sont très souples et variables :

  • l’entreprise peut décider d’émettre des obligations à taux fixe ou à taux variable ;

  • le remboursement s’effectue selon différents modes.

Action ou obligation : quelle différence ?

Une obligation d’entreprise est une reconnaissance de dettes tandis qu’une action correspond à une part de capital social de l’entreprise. Le cours de l’action varie donc en fonction des performances de la société tandis que le rendement d’une obligation à taux fixe est déterminé en amont.

Bon à savoir

Depuis 2014, l’emprunt obligataire est ouvert au financement participatif. Cela facilite son recours pour les PME. C’est donc un mode de financement accessible et plus simple pour trouver des investisseurs privés individuels.

Les avantages et inconvénients de l’emprunt obligataire

Les avantages pour l’entreprise émettrice

Personnaliser son emprunt

L’emprunt obligataire offre la possibilité de personnaliser les prêts pour l’entreprise : montant, durée, taux, échéance de remboursement, etc.

Les grandes entreprises peuvent ainsi obtenir des sommes très importantes et diversifier leurs modes de financement.

Obtenir un financement en dehors des banques

Émettre un emprunt obligataire permet d’échapper au scoring des banques. Pour l’entreprise, c’est la possibilité de financer des projets qui ne seraient pas acceptés par un établissement bancaire, ou après un refus d’obtention d’un prêt bancaire professionnel.

Exemple

Pour financer les investissements immatériels comme le BFR (besoin de fonds de roulement), la recherche et développement, les recrutements ou la communication.

Les entreprises bénéficient de nombreuses aides publiques, locales, nationales ou européennes. Elles sont disponibles en phase de création d’entreprise mais aussi en phase de croissance et de développement à l'international.

Conserver son indépendance

Pour le chef d’entreprise, l’emprunt obligataire reste un mode de financement sans risque de perte de contrôle. C’est la différence avec l’augmentation de capital, l’émission d’actions ou le recours à des investisseurs par le capital-risque. Les acquéreurs d’une obligation sont uniquement intéressés par le rendement de l'opération.

Pour l’entreprise, l’émission d'obligations simples n'entraîne aucune dilution du capital et donc de la liberté d’agir des dirigeants et associés.

En parallèle, réussir une opération d'émission d’obligations atteste de la solidité et du sérieux d’une entreprise. C’est bon pour son image auprès des investisseurs et des partenaires financiers.

Générer un emprunt aux conditions souples

Au-delà du montant et du taux d’intérêt, les modalités d’un emprunt obligataire peuvent s'aménager par des clauses spécifiques, notamment :

  • amortissement anticipé ;

  • conversion en actions des obligations ;

  • indexation du taux d’intérêt.

Les avantages pour l’investisseur

Diversifier son portefeuille

Côté investisseurs, ils choisissent les titres en toute liberté en fonction de leur stratégie. Ils peuvent ainsi diversifier leur portefeuille et réduire le risque propre aux actions cotées en bourse. Cette diversification apporte une stabilité et sécurise les investissements à long terme.

Obtenir un rendement élevé

Les emprunts obligataires privés offrent des taux d’intérêt plus intéressants que ceux de l’État ou des organisations publiques. L’espérance de gain est donc plus importante.

Bénéficier d’un droit de priorité

Si l’entreprise émettrice connaît des difficultés financières graves, le détenteur d’obligations est prioritaire sur le remboursement du capital social.

Les inconvénients

Le risque se situe essentiellement côté investisseur. Une mauvaise évaluation du risque de défaillance de l'entreprise émettrice fait poser un risque important sur l'investissement. Celui-ci doit donc bien évaluer la situation financière de l’entreprise émettrice. En cas de faillite, l'investisseur peut tout simplement perdre le capital prêté.

En outre, l’entreprise émettrice peut évoluer dans un secteur d’activité spécifique et connaître des difficultés économiques sectorielles, comme par exemple le secteur immobilier en cas de baisse du nombre de transactions, ou le secteur de la construction en cas de hausse des coûts des matières premières. L’investisseur doit donc maîtriser ou se documenter sur le secteur d’activité.

Comment calculer un emprunt obligataire ?

La complexité de l’opération constitue sans doute le principal inconvénient pour l’entreprise. Le dirigeant doit se faire accompagner par des experts des émissions d’obligations, pour ne pas commettre d’erreur et pour optimiser l'opération de financement.

Comprendre tous les termes des obligations

En premier lieu, l’entreprise doit assimiler le vocabulaire spécifique de l’émission d'obligations.

La valeur nominale d’une obligation

La valeur nominale correspond au montant de chaque obligation. Elle se calcule par la division du capital souhaité par le nombre d’obligations émises. Le prix d’émission peut correspondre à cette valeur nominale ou être inférieur en cas de prime d'émission. Le prix de remboursement peut inclure une prime de remboursement en plus de la valeur nominale.

Le taux d’intérêt

Le taux d’intérêt nominal détermine le rendement annuel versé à l’investisseur.

Un emprunt obligataire est possible à taux fixe, à taux variable ou à taux zéro :

  • Obligation à taux fixe : c’est le type le plus fréquent, le taux est déterminé dès le lancement de l’emprunt et pour toute la durée. Chaque partie connaît le rendement et le coût de l’opération selon la formule : valeur nominale*taux d'intérêt.

  • Obligation à taux variable : les critères de variabilité sont définis (taux du marché monétaire ou taux du marché obligataire, taux variable tous les trimestres, semestres ou ans). Chaque partie est protégée en cas d’évolution favorable ou défavorable des taux.

  • obligation à coupon zéro : le prix d’émission est inférieur à la valeur nominale, sans taux d’intérêt. L’investisseur se rémunère par la différence entre prix d'émission et valeur nominale, au moment du remboursement.

Il existe de nombreux autres types d’obligations comme les obligations convertibles en actions, les obligations remboursables en action, les obligations à fenêtres ou à bon de souscription.

Le remboursement

Le remboursement peut s’effectuer, comme pour un prêt bancaire :

  • en une fois à l’échéance (remboursement in fine)

  • par annuités constantes (l’entreprise rembourse chaque année les mêmes sommes)

  • par amortissement constant (l’entreprise rembourse un nombre identique d’obligations chaque année).

Pour éviter des problèmes de trésorerie lors du remboursement in fine, l’entreprise peut prévoir un tirage aléatoire pour rembourser certaines obligations à chaque échéance.

La durée de l’emprunt obligataire s’échelonne de 5 à 30 ans. La date de jouissance détermine le point de départ du versement des intérêts.

Mode de calcul d’un emprunt obligataire

L’entreprise exprime son besoin de financement et divise ce montant par un nombre d’obligations, pour déterminer la valeur nominale.

Calcul des annuités constantes

L’entreprise émettrice verse à chaque période prévue la même somme aux investisseurs. Cela garantit une certaine régularité dans les paiements et préserve la trésorerie de la société. Pour rembourser une somme identique, l’entreprise ne remboursera pas un même nombre d’obligations à chaque échéance.

Chaque année, elle versera une annuité égale à :

capital * taux d’intérêt / 1 - (1+ taux nominal)-nombre de périodes

Calcul des amortissements constants

Avec le principe de l’amortissement, les annuités diminuent au fil du temps. L’entreprise émettrice paie moins d’intérêt et plus de capital à chaque échéance. C’est le même principe pour un prêt immobilier amortissable.

Comment lancer un financement par emprunt obligataire ?

Vous constatez que l'opération n’est pas simple. Nous recommandons un accompagnement professionnel pour mettre en œuvre votre première émission d’emprunt obligataire.

Première étape : évaluez votre besoin de financement et votre capacité à rembourser l’emprunt. Puis vous déterminez les conditions souhaitées.

Il convient ensuite de définir précisément les modalités de l’emprunt obligataire :

  • nombre d’obligation et valeur nominale,

  • taux d’intérêt et type d’obligation

  • durée de remboursement et garanties éventuelles

Ensuite, vous devez trouver des investisseurs ! En général, la vente d’obligations s’effectue à travers des banques d’investissement. Pour réussir, vous mettez en avant votre solvabilité financière, vos résultats d’exploitation et vos projets. Les investisseurs intéressés peuvent examiner les résultats financiers de l'entreprise avant de se décider. Une agence de notation peut évaluer l’entreprise et ainsi rassurer les investisseurs potentiels.

Lancez votre opération au bon moment ! Le financement est affaire de timing. Ne lancez pas une émission d’emprunt obligataire en pleine période de crise économique dans votre secteur d’activité.

Enfin, vous assurez le suivi des émissions et du remboursement avec paiement des intérêts et respect des échéances.

Bon à savoir

Anticipez les coûts associés à une émission d’obligations de votre entreprise : honoraires d’avocats et de conseillers financiers ainsi que le coût de mise en conformité réglementaire.

Article mis en ligne le 17 Juin 2024

Voir aussi