Compte Pro

Vie d'entrepreneur

Blog

La réglementation de la jardinerie

2 min. de lecture
Mis à jour le 28 Décembre 2023
ouvrir jardinerie
Accueil Idées business Le marché de la jardinerie

Les aptitudes professionnelles

La plupart des exploitants et leur personnel ont une solide expérience de la pratique du jardinage et ont suivi des formations techniques appropriées (souvent Capa ou Bepa productions horticoles ou vente de produits horticoles et jardineries). Ils doivent être à même de prodiguer des conseils avertis auprès de la clientèle, y compris pour l'équipement et l'outillage.

Les points de vente étant souvent importants, le professionnel de la jardinerie doit être un manager confirmé, notamment dans l'encadrement des salariés qui constituent un des principaux vecteurs de fidélisation et de mise en valeur de l'offre. Il doit disposer d'une parfaite connaissance du marché, des produits manufacturés et stockables ainsi que des végétaux. L'ouverture d’un rayon animalerie exige du personnel qualifié. Excellent gestionnaire, le professionnel doit également maîtriser les outils informatiques pour gérer ses stocks, compte tenu du nombre de références, de la diversité des produits et de la saisonnalité du chiffre d’affaires. Le goût du contact humain, la qualité du service et les conseils avisés au client constituent des atouts commerciaux déterminants.

L'environnement réglementaire

Les contraintes à l'installation

Aucun diplôme n'est obligatoire pour exercer dans le secteur.

Depuis le 1er janvier 2023, les formalités de création d’entreprises doivent être réalisées sur le site du guichet unique opéré par l’INPI.

Le guichet unique alimente le registre national des entreprises (RNE) qui répertorie les informations relatives à toutes les entreprises commerciales, artisanales, libérales et agricoles situées en France. Depuis le 1er janvier 2023, il se substitue aux différents registres d’entreprises nationaux (registre national du commerce et des sociétés (RNCS), répertoire des métiers (RM) et registre des actifs agricoles).

Les personnes physiques ou morales du secteur sont enregistrées au registre national des entreprises (RNE) ainsi qu’au registre du commerce et des sociétés (RCS) via le guichet unique.

Depuis la loi de Modernisation de l'économie (LME) du 4 août 2008 qui a réformé les règles de l'urbanisme commercial, le seuil d'autorisation d’implantation et d’extension des surfaces commerciales est fixé à 1 000m² (contre 300 m² auparavant). Au-delà de 1 000m², l’ouverture d’une surface de vente nécessite l’obtention préalable d’une autorisation administrative délivrée par la Commission Départementale d’Aménagement Commercial.

Les principaux points de la réglementation professionnelle

Accueillant du public, le local doit répondre aux normes de sécurité relatives aux établissements recevant du public (ERP).

La loi de modernisation de l’économie (LME) du 4 août 2008 (2008-776) a débouché sur des mesures portant sur :

  • Les délais de paiement aux fournisseurs : la LME plafonne les délais de paiement à 60 jours à compter de la date d'émission de la facture (ou 45 jours fin de mois).

  • Les baux commerciaux : les loyers des locaux commerciaux sont indexés sur un nouvel indice de révision des loyers (Indice des Loyers Commerciaux) intégrant une méthode de calcul pondéré (calculé pour 50% sur l'indice des prix à la consommation, pour 25% sur l'indice du chiffre d'affaires du commerce de détail et pour 25% sur l'indice des prix à la consommation).

Article mis en ligne le 28 Décembre 2023