Compte Pro

Vie d'entrepreneur

Blog

Comment trouver une banque qui prête aux micro-entrepreneurs ?

3 min. de lecture
Mis à jour le 17 Juin 2024
Prêt bancaire auto-entrepreneur
Accueil Créer mon entreprise Compte pro

En résumé

  • Obtenir un prêt professionnel en micro-entreprise peut être délicat si vous débutez ou que vous n’avez pas un dossier solide.

  • Mais ce n’est pas impossible ! Dans les grandes lignes, les conditions sont : avoir un compte professionnel, des revenus stables et réguliers et un apport.

  • D’autres alternatives existent : micro-crédit, prêt d’honneur, financement participatif…

Micro-entreprise : est-il possible de prétendre à un prêt professionnel ?

En tant que micro-entrepreneur, vous pouvez avoir besoin d’un financement :

Mais ce n’est pas un scoop : les banques sont plutôt frileuses envers les micro-entrepreneurs. Elles hésitent parfois à leur prêter de l’argent car ils sont vus comme des entrepreneurs peu expérimentés à la tête d’une « petite » entreprise.

Bref, par rapport à une entreprise classique ou à une société, l’auto-entreprise manque de crédibilité. Pour la banque, elle est surtout synonyme de risques accrus en raison de l’instabilité (supposée ou pas) des revenus.

🤝 Tout n’est pas perdu : décrocher un prêt en micro-entreprise, c’est possible ! On vous livre nos meilleurs conseils pour construire un dossier en béton et rassurer la banque.

Comment obtenir un prêt en micro-entrepreneur ?

Quels sont les critères à remplir pour obtenir un prêt en micro-entrepreneur ?

Voici les critères à remplir pour obtenir un prêt professionnel :

  • Avoir au minimum 2 ans voire 3 ans d’ancienneté : l’ancienneté de votre activité rassure la banque sur la solidité de votre réseau et la récurrence de vos revenus. Si vous débutez votre activité, vous devrez vous appuyer sur un business plan détaillé pour convaincre votre banquier de la viabilité et de la rentabilité de votre projet.

  • Exercer une activité « porteuse » : le secteur de votre activité d’indépendant a son importance dans l’obtention d’un prêt.

Exemple

Par exemple, si vous êtes freelance dans un métier du numérique porteur (développeur web…), vous serez sans doute favorisé par les banques.

C’est aussi le cas pour les professionnels de santé, certains artisans, restaurateurs et commerçants ou encore les professionnels du BTP.

À l’inverse, d’autres secteurs inspirent peu confiance, comme les cryptomonnaies ou la formation.

  • Présenter une situation financière saine : votre situation financière joue un rôle non négligeable dans l’obtention d’un prêt. Vous devez présenter des bilans financiers positifs et une activité en croissance. Mais surtout, il faut éviter les découverts, ne pas avoir de dettes, ne pas multiplier les crédits à la consommation, etc. Par ailleurs, le montant du prêt demandé doit être cohérent et proportionné à vos revenus.

  • Arriver avec un apport personnel : fournir un apport à la banque permet de montrer votre capacité à épargner pour votre projet et votre volonté de le mener à bien. En moyenne, les banques demandent environ 10 % du montant du projet en apport.

Bon à savoir

Ces recommandations valent aussi bien pour l’obtention d’un crédit professionnel que pour obtenir un prêt immobilier en micro-entrepreneur. Elles sont générales et représentent un « idéal » à atteindre. Même si votre dossier n’est pas parfait, rien ne vous empêche de tenter votre chance !

Quelles sont les garanties à apporter à la banque ?

Pour favoriser l’admission de votre dossier, vous pouvez apporter des garanties à la banque. Il en existe plusieurs :

  • le nantissement d’un bien mobilier (fonds de commerce par exemple) ;

  • l’hypothèque d’un bien immobilier (hors prêt personnel et crédit à la consommation. L’hypothèque ne concerne que les crédits immobiliers) ;

  • une assurance-emprunteur ;

  • une caution personnelle ;

  • pour un prêt immobilier : un co-emprunteur en CDI.

Quels sont les documents à fournir pour votre demande de prêt ?

Pour obtenir un prêt bancaire, la banque vous demandera généralement les documents suivants :

  • les derniers avis d’imposition ;

  • les 3 derniers relevés de compte de la micro-entreprise ainsi que ceux de votre compte personnel ;

  • vos bilans sur 3 ans (en micro-entreprise, vous ne faites pas de bilans comptables. Vous pouvez donc transmettre à la place vos déclarations de chiffre d’affaires à l’URSSAF).

D’autres documents peuvent vous être demandés en fonction de votre situation.

🔎 Pour sélectionner la bonne banque et vous aider à monter votre dossier, vous pouvez solliciter l’aide d’un courtier.

Quelles banques prêtent aux auto-entrepreneurs ?

Les micro-entrepreneurs se tournent de plus en plus vers les néobanques pour les avantages d'un compte pro en ligne : pas de commission de mouvements, moins de frais bancaires, tarifs plus transparents...

Mais il faut savoir que les banques qui proposent des prêts sont souvent des banques traditionnelles. Certains établissements en ligne en fournissent s’ils ont obtenu un agrément spécial mais c’est plus rare.

Avoir plusieurs comptes bancaires peut être un plus ici. Si vous n’avez pas encore de deuxième compte en banque, il peut être intéressant d’en ouvrir un dans une banque pour les pros (banque pour création d’entreprise, etc.) qui connaît les entrepreneurs et leurs problématiques.

Sachez également que détenir un compte professionnel est le premier pas vers l’obtention d’un prêt professionnel. En cas de refus d’ouverture d’un compte pro, vous pouvez faire jouer votre droit au compte auprès de la Banque de France.

Quelles sont les alternatives aux prêts bancaires pour les auto-entrepreneurs ?

Le micro-crédit professionnel

Si vous n’arrivez pas à obtenir un prêt professionnel, vous pouvez vous tourner vers des organismes proposant des micro-crédits.

Par exemple, l’ADIE (association pour le droit à l’initiative économique) propose des crédits allant jusqu’à 12 000 € aux professionnels. Ces offres sont spécialement destinées aux entrepreneurs qui ne parviennent pas à accéder aux crédits bancaires classiques.

💡 Il existe aussi des micro-crédits solidaires ou prêts solidaires sur des plateformes comme Babyloan ou Younited.

Le prêt d’honneur

Vous pouvez également solliciter un prêt d’honneur, c’est-à-dire un prêt sans caution personnelle et sans garantie, avec peu ou pas d’intérêts que vous vous engagez à rembourser « sur l’honneur ».

Le montant peut aller jusqu’à 50 000 €. Ce type de prêt renforce les chances d’obtenir un prêt bancaire classique.

Les 2 grands réseaux qui proposent des prêts d’honneur sont Initiative France et le Réseau Entreprendre.

Le financement participatif

Si vous croyez à votre projet d’entreprise, que vous en êtes au début et que vous avez besoin de fonds pour financer le lancement de ce projet, le crowdfunding (« financement par la foule ») est peut-être fait pour vous !

Il s’agit de faire appel à des dons de particuliers en proposant une contrepartie (pas forcément financière). Il existe différentes plateformes spécialisées comme Miimosa, etc.

Questions les plus posées

Article mis en ligne le 17 Juin 2024