Services

Vie d'entrepreneur

Dans ma région

Devenir micro-entrepreneur : concrètement, combien ça coûte ?

Mis à jour le 06 Décembre 2022
micro entreprise
Accueil Créer mon entreprise Micro-entreprise

Créez votre micro-entreprise

Créez votre micro-entreprise

En résumé

  • Les coûts de création d’une micro-entreprise sont nuls.

  • Seuls les agents commerciaux paient l’inscription au registre spécial des agents commerciaux (RSAC).

  • Au-delà de la création, le micro entrepreneur qui veut se lancer avec succès doit prévoir des coûts tels que l’assurance, le compte bancaire, les frais de démarrage, la communication, etc.

Quel coût prévoir pour les formalités de création d’une micro-entreprise ?

Si la micro-entreprise séduit tant les entrepreneurs individuels, c'est parce que ses formalités de création sont simples et rapides. Cerise sur le gâteau, elles sont presque toujours gratuites. Obtenir un numéro SIREN ou un numéro SIRET ne vous coûte rien en micro-entreprise.

Depuis la loi Pinel (ou loi n°2014-626 du 18 juin 2014 relative à l'artisanat, au commerce et aux très petites entreprises), l'immatriculation du micro-entrepreneur est obligatoire et gratuite :

  • si l'activité est commerciale, le micro-entrepreneur s’immatricule auprès du RCS (registre du commerce et des sociétés) ;

  • si l’activité est artisanale, le micro-entrepreneur s’immatricule auprès du RM (Répertoire des métiers).

En revanche, les agents commerciaux devront débourser 27 euros pour s'immatriculer au RSAC (registre spécial des agents commerciaux).

Bon à savoir

La réforme des formalités d’entreprise instaure le guichet unique et aussi un registre national des entreprises (RNE), un registre unique pour toutes les entreprises de France disponible à compter du 1er janvier 2023. Le RNE se substitue à tous les registres existants (RCS, RM, RSAC, etc.).

👐 Besoin d’aide ? Les CFE (centre de formalités des entreprises) proposent un service d’assistance à formalités facultatif et payant. Son coût est en moyenne de 90 euros pour les artisans et 60 euros pour les commerçants.

Ainsi, créer une micro-entreprise est gratuit en France, pour les commerçants, les artisans et les professions libérales. Au-delà de la création juridique, il faut se doter des meilleurs outils et formations pour devenir micro-entrepreneur à succès…et cela peut avoir un coût.

Les coûts de démarrage d’une micro-entreprise

Créer une micro-entreprise avec zéro euro ? C’est possible…Toutefois certaines dépenses s’avèrent utiles pour se lancer avec les bonnes cartes en main ou pour gagner du temps.

Une formation pour les artisans facultative… mais vivement conseillée

Certes, la loi PACTE du 22 mai 2019 a mis fin au caractère obligatoire du stage de préparation à l'installation (SPI) pour les artisans.

Néanmoins, ce stage permet d'acquérir les connaissances essentielles dans les domaines juridique, fiscal, social et comptable. Il reste fortement conseillé. Dispensé par les chambres de métiers et de l’artisanat (CMA), le SPI coûte en moyenne 194 euros. Selon les départements, le coût peut varier légèrement.

Les coûts du compte bancaire professionnel

Depuis la loi PACTE, les micro-entrepreneurs dont le chiffre d'affaires annuel est supérieur à 10 000 € pendant 2 années sont dans l'obligation d'ouvrir un compte bancaire dédié à leur activité.

Ce compte n’est pas nécessairement un compte pro. Toutefois, les offres de comptes bancaires professionnels pour les micro-entreprises se développent avec des services très utiles (comme la facturation des clients, la gestion de la comptabilité simplifiée, l’assurance et la prévoyance).

L’ouverture du compte est généralement gratuite. Ensuite, le coût de fonctionnement fait partie des charges de l’entreprise pour un coût minime, entre 8 et 20 euros par mois. En contrepartie, le micro-entrepreneur bénéficie des moyens de paiement, d’un compte bancaire professionnel et souvent de plusieurs autres services.

Certaines banques prélèvent des frais de gestion sur les comptes professionnels ainsi que des frais annexes comme des frais pour des prélèvements internationaux ou pour des retraits dans les distributeurs automatiques de banque. Un rapide tour de la concurrence s'impose.

Bon à savoir

👉 Si vous vous lancez en franchise de TVA, vous devez prendre en compte le tarif TTC ! Or, destinés aux professionnels, les tarifs des comptes bancaires pro sont souvent affichés en HT.

Le coût de l’assurance

Les micro-entrepreneurs exerçant dans les métiers du bâtiment doivent souscrire une assurance responsabilité civile décennale. Le coût dès la création de la micro-entreprise n’est pas anodin : il faut compter environ 1500 € par an.

Par ailleurs, tout micro-entrepreneur, quel que soit son domaine d'activité, est responsable des dommages causés par lui-même, ses locaux et son matériel professionnel ainsi que par les objets vendus, fabriqués, réparés ou installés dans le cadre de son activité professionnelle.

Aussi, il est très fortement conseillé de souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle. Le coût d’une RC Pro pour une micro-entreprise est d’environ 30 à 40 euros par mois.

Cette assurance n’est pas liée au statut de la micro-entreprise. Aussi, s’il dépasse les plafonds de chiffre d’affaires pour un micro-entrepreneur, cette assurance reste un impondérable.

Certaines activités exercées sous le statut de micro-entrepreneur nécessitent une assurance. Renseignez-vous avant de vous lancer !

Les frais liés au démarrage de l'activité

Forfait téléphonique, logiciel de facturation et de devis, logiciel lié à l’activité exercée, frais de déplacement, achat de matériel, frais de coworking, etc. Comptez un minimum de 200 € de frais liés au démarrage de votre activité.

Cette somme est plus importante si vous devez vous équiper d’un matériel informatique performant. Ce ne sont pas des frais de création d’une micro-entreprise mais ils sont indispensables pour se lancer comme auto-entrepreneur avec succès. Attention à ne pas les sous-estimer !

Bon à savoir

En micro-entreprise, pas d’immobilisation des achats ! La comptabilité simplifiée ne permet pas de déduire vos charges, ni d’amortir les dépenses d’immobilisation sur plusieurs années.

Le micro-entrepreneur peut également souscrire une mutuelle pour bénéficier d'un meilleur remboursement de ses frais médicaux. Souvent, s’il est auto-entrepreneur et salarié, il conserve la mutuelle de son employeur.

Enfin, une assurance chômage privée peut être souscrite car, comme vous le savez sans doute déjà, le micro-entrepreneur ne cotise pas auprès de l’assurance chômage.

Les frais après la création de la micro-entreprise

Le micro-entrepreneur paie des cotisations sociales sur son chiffre d’affaires encaissé. Conséquence : pas de chiffre d’affaires, pas de cotisations et pas de protection sociale. Il est possible de verser des cotisations supplémentaires afin de bénéficier d’une couverture minimum.

👉 Les taux de cotisations sociales varient selon la nature de l’activité exercée. Dans tous les cas, la première année, certains micro-entrepreneurs peuvent bénéficier d’aides pour créer une micro-entreprise comme l’Acre (Aide aux créateurs et repreneurs d’entreprise), sous certaines conditions. Pour la création d’une micro-entreprise, l’aide doit être demandée alors qu’elle est automatique pour les autres entreprises.

La déclaration du micro-entrepreneur s’effectue chaque mois ou chaque trimestre. En complément des cotisations sociales, il paie une contribution à la formation professionnelle, des taxes pour frais de chambre consulaire.

Bien évidemment, il doit également payer des impôts ! Directement au sein de sa déclaration de revenus après un abattement pour frais professionnels ou en même temps que les cotisations sociales par un versement libératoire de l'impôt sur le revenu. Ce versement libératoire est soumis à des conditions de plafond de revenus fiscal de référence du foyer.

Bon à savoir

Le micro entrepreneur doit également s’acquitter de la CFE (contribution foncière des entreprises), dès la deuxième année d’activité et même s’il exerce depuis son domicile.

Ainsi, le coût de création d’une entreprise individuelle en tant qu’auto-entrepreneur est simple et gratuit pour l’immatriculation. Ensuite, divers coûts sont à prévoir pour sécuriser l’activité professionnelle et partir sur de bonnes bases. Dans tous les cas, le coût de création d’une micro-entreprise demeure très inférieur à celui d’une société.

Questions les plus posées

Article mis en ligne le 06 Décembre 2022